top of page

Un général à la tête de l’inspection générale de la Justice ?


Les magistrats ne cessent de plaider pour le légitime renforcement de leurs effectifs. Pourtant ils élargissent paradoxalement leur mobilité professionnelle en dehors de leur décorum en dirigeant pour l’un d’entre eux depuis 2022 l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN). L’objectif affiché est de gagner en transparence pour restaurer la confiance avec la population et faire taire les accusations de complaisances corporatistes.


Cette nomination est jugée stigmatisante par certains syndicats policiers car aucune autre inspection d’administration n’est confiée à une personne extérieure ! La gendarmerie n’est pas en reste puisque son Inspection Générale (IGGN) a, depuis l’été 2022 en qualité d’adjoint au général de corps d’armée dirigeant l’inspection, un autre magistrat (Jean-Michel Gentil).


Si l’idée de faire de ces inspections des organes indépendants, à l’instar de ce qui se pratique outre-manche, ne semble plus d’actualité, le ministre de l’Intérieur annonce toutefois que le prochain inspecteur général en gendarmerie sera un magistrat. Désormais, la porte est ouverte à une interchangeabilité et on est en droit de demander qu’un Général de Gendarmerie ou un Contrôleur Général de la Police soit nommé à la tête de l’inspection générale de la Justice dans le souci de lisser les aspérités corporatistes présumées et apporter une vision différente à un système bien trop fermé.




Comentários


bottom of page