top of page

SAINT MARTIN VESUBIE, ici Charlie Golf, parlez !

« Cette voix qui résonne sur les ondes radios à l’aube du 3 octobre 2020, c’est celle du colonel Nasser Boualam, commandant le groupement de gendarmerie des Alpes-Maritimes.


- C’est le chaos mon colonel. C’est un territoire de guerre, la tempête a tout ravagé. Nous sommes enclavés, la caserne est détruite.

- Tenez le coup, des moyens sont en route.

Le ton ferme était celui d’un homme bouleversé.


Quelques minutes plus tard, alors que le ciel se fut éclairci enfin, les premiers hélicoptères ont fait entendre leur ronronnement. Plus de 24 heures après le début de la tempête, le colonel Nasser Boualam qui organisait le front des secours des vallées des Alpes Maritimes touchées par la tempête, n’a jamais cessé de s’inquiéter de notre sort. Il a tout fait pour que les personnels de l’unité et leur famille soient rapatriés puis relogés dignement le temps de retrouver une nouvelle unité d’affectation.


Avec sa bienveillance habituelle, il m’avait promis.


- Cette tempête va nous lier à vie.

Il avait tellement raison !


Aujourd’hui, son départ injuste provoque un vide abyssal. Ce chef, nous le voulions éternel. C’est une perte profonde pour sa famille, ses amis, pour l’institution et pour moi, un séisme émotionnel.


Vous me manquez tellement, mon colonel !



Adjudant-chef Frédéric MERLETTE, septembre 2023 »


Photo (de gauche à droite) : ADC Frédéric MERLETTE, COL Nasser BOUALAM en octobre 2020


Comments


bottom of page